Les longues
Les courtes
Pour ados
Pour enfants
Les recueils
Les Edités
Les traductions
Entremets - Extraits

1.

Barbara : Bon. Tout me paraît parfait, non ?

Josy : Il y a intérêt ! Ça fait quatre fois qu’on vérifie et installe tout !

Barbara : Une dernière fois… On a le temps ? Quelle heure est-il ? Il faut qu’on soit prêtes à l’heure !

Josy : Ça va, on est dans les temps et tout est parfait. On ne va pas se retaper une vérification !

Barbara : Il faut que tout soit nickel. C’est le grand soir.

Josy : Faut pas pousser, c’est un soir comme les autres…

Barbara : Tu rigoles ? Ce soir, je te case ! Je te présente l’homme idéal !

Josy : Arrête… L’homme idéal, c’est comme l’Arlésienne, Dieu ou les fantômes : on en entend parler mais on n’en voit jamais. Faut arrêter d’y croire…

Barbara : Je te jure qu’il est parfait : sympa, décontracté, un physique comme tu les aimes, il prend tout du bon côté, il aime s’amuser, il

Josy : C’est bon, c’est bon, ça va, n’en jette plus ! C’est moi ou lui que tu veux caser ?

Barbara : Vous deux ! Ensemble. Je te jure qu’il est parfait !

Josy : Et pourquoi tu ne te l’es jamais fait s’il est si bien ?

Barbara : Je le connais depuis que je suis toute petite, ce serait presque un inceste !

Josy : Mouais… J’ai des doutes vu ce que tu m’as déjà proposé…

Barbara : Oui, non, j’avoue que je n’ai pas toujours eu la main heureuse, mais là, c’est garanti !

Josy : Moi, c’est garanti ! Puisque tu y crois, disons que moi, je te propose l’homme idéal.

Barbara : Tu as l’air bien sûre de toi…

Josy : Carrément.

Barbara : Alors vas-y, même question : pourquoi tu ne te l’es pas gardé ?

Josy : Attends, ne nous méprenons pas ! Je le trouve on ne peut plus chiant : il est maniaque, précis, soigné, ponctuel… Tu vas l’adorer ! Mais alors moi, je ne le supporte pas.

Barbara : Je le sens mal ton coup…

Josy : Moi, c’est le tien que je ne sens pas. Je suis sûre du mien !

Barbara : Non, c’est le mien qui est sûr !

Josy : On verra. Je vais le chercher : il a dû se garer pas loin. Mais comme c’est un garçon bien élevé, il ne veut pas débarquer sans être présenté…

Barbara : C’est mignon…

Josy : Tu vois ? Tu vas l’adorer ! Moi, je trouve ça très con.

Barbara : Il est juste soucieux des convenances. Ça fait très gentleman dans ce monde de brutes.

Josy : Qu’est-ce que je n’ai pas fait là, moi ! Je ne vous supporterai jamais tous les deux si vous sortez ensemble !

Barbara : Allez, va le chercher au lieu de dire des bêtises…

Josy : T’as raison. Si j’arrive trente secondes en retard, il va me faire une crise cardiaque… Non mais quelle idée j’ai eue…

 

Josy sort.

 

2.

 

Barbara : Bien, bien, bien, ne paniquons pas. Les glaçons sont au freezer, les verres sont propres, j’ai les plats au chaud et les glaces sont sorties, ça va aller, ça va aller.

 

On toque.

 

Barbara : Je suis bien coiffée, habillée… J’aurais peut-être dû mettre… Tant pis, c’est trop tard, allez.

 

Barbara va ouvrir, Steph’ entre.

 

Barbara : Mais tu es à l’heure ! C’est incroyable !

Steph’ : Quoi ? Ce n’est pas dans une demi-heure le rendez-vous ?

Barbara : Ah ! Non, c’est maintenant…

Steph’ : Moi qui voulais être en avance…

Barbara : Ah. Donc tu n’es pas vraiment à l’heure. Voilà qui me rassure.

Steph’ : Non, mais en fait, c’est parce que je voulais te parler…

Barbara : Tu as mis ça ?!

Steph’ : Quoi ? Il ne fallait pas ?

Barbara : Je t’ai laissé un message sur ton répondeur hier soir vu qu’à 23 heures tu n’étais pas rentré et que je n’arrivais donc pas à te joindre… Tu pourrais avoir un portable…

Steph’ : Ah ! Oui, c’est vrai ! J’étais mort de rire en l’écoutant quand je suis rentré, je me souviens ! Bizarrement, ce matin, il ne m’a même pas fait sourire… Je devais en tenir une bonne…

Barbara : Et tu n’as pas daigné suivre mes conseils vestimentaires pourtant judicieux ?

Steph’ : Euh… Ben j’étais occupé à chercher ce qui m’avait fait rire et euh…

Barbara : Mais regarde-moi ça ! Ce n’est même pas repassé !

Steph’ : On a de la chance, déjà : il n’y a ni trou, ni tâche…

Barbara : Idiot… Et je n’ai pas le temps de sortir mon fer, là…

Steph’ : Je crois que ça ira, ce n’est pas une cérémonie commémorative non plus. Il faut que tu arrêtes de me pouponner comme ça. Je suis grand, maintenant, tu sais…

Barbara : Honnêtement, je ne suis pas sûr qu’on puisse dire ça…

Steph’ : Bon, allez, souris, ça va bien se passer…

Barbara : Tu ne voulais pas me dire quelque chose ?

Steph’ : Si ! Il faut que je te dise quelque chose !

Barbara : Bon, ben après, alors. Viens m’aider à préparer le plateau apéritif.

Steph’ : Non, mais c’est important.

Barbara : Raison de plus pour qu’on se dépêche de préparer ce plateau ! Viens.

 

Barbara sort. Steph’ aussi, en soupirant.

 

3.

 

Ils viennent de sortir. Josy et Henri entrent.


Comme ce n'est pas agréable de lire des kilomètres de pages sur internet, vous pouvez télécharger le début en cliquant ICI


Date de création : 28/10/2008 ~ 20:32
Dernière modification : 28/10/2008 ~ 20:32
Catégorie : Entremets
Page lue 1575 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Prochaines représentations

Bienvenue sur Amatheus !

Ce blog n'est plus mis à jour.

Pour continuer à suivre la vie de mes pièces, les nouveautés, les photos et tout un tas de choses merveilleuses, rendez-vous sur :

ericbeauvillain.free.fr


 

 
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

W3C CSS Meric Skins © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^